Le mythe "Concorde" (part. 2 / 3)





Le  " moment T "

L'année, tout comme le mois étaient sous l'influence de l'énergie appelée  " 9  Pourpre " . D'emblée, quelque chose nous frappe, car ce chiffre, en énergétique chinoise représente la fin d'un cycle...

Sur un autre plan, le  " 9 Pourpre "  est synonyme de feu, de tout ce qui est relatif aux substances inflammables également. La pression sur ce type d'événement est forte, car elle est redoublée (mois et année).
Enfin, un élément troublant, que d'aucuns diraient une "mauvaise farce du destin" est le numéro de ce vol fatal...'4590'. Autrement dit 2 chiffres 9 côte à côte....rappelant la configuration de temps annuelle et mensuelle.


Le jour de la catastrophe est un jour  " 7  Rouge" ; le  " 7 "  est relatif au Métal, et aux chocs avec celui-ci.
Selon le rapport du BEA, ce qui aurait causé cette tragédie est une pièce de métal, de 43 cm, perdue par l'avion précédent lors de son décollage, et qui aurait fait éclater un des pneus du Concorde, amenant à son embrasement...

Beaucoup ont évidemment pensé: mais pourquoi eut-il fallu que cette lamelle se trouve juste à l'endroit précis où un des trains avant du Concorde passa...Sur une piste qui fait, d'autant, 45 m de large!
Et, de plus, dans une position droite: ce qui la rendit beaucoup plus tranchante!

Pour les énergéticiens aguerris, une catastrophe aussi ciblée ne fait nul doute; c'est la marque du  " 5  Jaune " ! Et effectivement, l'heure est bien marquée de son sceau...


L'éclatement du pneu engendra indirectement un incendie à l'arrière (deux hypothèses sont encore en cours aujourd'hui), avant même le décollage, obstruant l'arrivée d'air pour les 2 moteurs gauches. Ce qui va avoir pour conséquence de les asphyxier.

La lutte ensuite pour tenter de sauver l'avion dura un peu plus d'1 minute; la catastrophe en tout et pour tout dura moins de 2 minutes; ce qui est effroyablement rapide, autre trait attribué à l'énergie  " 9 " .


Dans ce canevas énergétique, on voit la place prépondérante du  " 9 " , et celle quasi inévitable, dans ce genre de catastrophe, du  " 5 " , fortement confirmé d'ailleurs par les énergies du lieu, abordées dans la partie 3.

Avant cela, j'amènerai la comparaison de cette catastrophe avec l'accident du Concorde à 'Washington', le 14/06/1979. En effet, il y eut éclatement de pneu entraînant plusieurs avaries, dont des lésions sur les compartiments de carburant avec fuite de celui-ci. Mais, ce jour-là, le kérosène ne s'enflamma pas...et nul trace de l'énergie  " 9 " , également, à l'horizon....


Commentaires