The " Go / No-Go " Decision (part. 1 / 3)




Parfois en énergétique chinoise, il semble y avoir des points de non-retour, un peu à l'image de la vitesse de décision, la fameuse  " V1 "  usitée dans le monde de l'aéronautique.

Je m'appuierai sur cette image pour aborder le post d'aujourd'hui, suite de 3 articles, axé dans un premier temps sur les qualités énergétiques d'un événement tragique en particulier, puis, d'en entrapercevoir sa genèse.


Le rapprochement entre deux nations après une période de conflit s'avère toujours délicate, mais renferme un enjeu primordial de paix. Il en a été ainsi à l'origine du projet, noble s'il en est, de la construction du tunnel du Mont-Blanc, pour relier la France à l'Italie.
C'est une entreprise qui a relativement bien fonctionné, mais qui a été marquée par une catastrophe, qualifiée d' "unique dans l'histoire des tunnels routiers", ou encore évoqué comme le "seul cas où des personnes sont mortes en grand nombre par intoxication".

J'essaierai ici de détecter, de mettre en évidence les parties prenantes, et, de relier, partiellement, les événements à la genèse du chantier (thème abordé dans un post consacré au projet du Titanic).

Rappel général des faits: un incendie incontrôlable s'est déclaré dans le tunnel du Mont-Blanc, le 24 mars 1999, autour de 10h50, entraînant le décès de 39 personnes.
L'origine de l'incendie provient d'un début d'incendie dans un camion frigorifique en provenance de France, et transportant de la margarine et de la farine (ceci a son importance).

Dans un premier temps, il est judicieux de localiser le lieu de l'événement.

Le tunnel du Mont-Blanc, pour la France se situe à l'Est du pays.
Pour l'Italie, il se situe dans le secteur Nord-Ouest.

L'année 1999 était une année  " 1  Blanc "  exposant ainsi plus la France, selon le Jiu Gong Ming Li. Et, effectivement cette catastrophe s'est déroulée dans la partie française du tunnel; par ailleurs, la France a particulièrement joué de malchance pedant cette tragédie: en effet, premièrement quand le chauffeur du poids lourd, alors en flammes a voulu prévenir le régulateur français (en charge de la sécurité du tunnel), celui-ci venait de s'absenter de son poste! Puis lorsqu'il a été demandé au régulateur italien d'aspirer l'air pour évacuer la fumée du tunnel de ce côté-ci, celui-ci fit l'inverse, avec pour conséquence d'amplifier le brasier côté français...D'autant que, pour couronner le tout, les conditions météorologiques étaient inhabituelles, un vent de foehn chaud et sec soufflait du côté italien vers le côté français, alors que, d'ordinaire, c'était l'inverse!...propageant ainsi les fumées; ce qui a eu pour conséquence, entre autres, l'empêchement des secours...

Par ailleurs, n'oublions pas qu'une des caractéristiques du  " 1 " , relié à l'Eau qui fait des détours, est relatif des événements qui durent longtemps. L'incendie a été circonscrit au bout de 53 heures, quand, en comparaison, la catastrophe du Concorde (abordée dans un prochain post) déclenchée par un incendie également, ayant eu lieu une année  " 9   Pourpre " , typique de la rapidité, dura  120  secondes, l'incendie ayant été éteint en 3 heures...




Commentaires